Né en 1973, Antonio Rodriguez enseigne la littérature française à l’université de Lausanne. Dans le champ poétique, il mène une double activité de critique et de créateur. À côté de ses essais, de publications dans des ouvrages collectifs et académiques, il construit une œuvre poétique personnelle. Il vit à Pully. En 2021, il a obtenu le prix de poésie Pierrette-Micheloud pour son recueil Europa popula (Tarabuste).


 

Élégie

Ils abattaient les arbres sans considération. Les machines
expédiaient la manœuvre. Les forêts perdaient leur majesté,
laissant à nu les basses végétations.
Chaque matin, mon lavabo s’assombrit. À peine suis-je à me
coiffer que je sens une fatalité m’empoigner. Les racines se
fragilisent, le visage s’arrondit.
Le siphon absorbe la décrépitude ; la Terre rote sur elle-même.

***

Élégie

Autrefois, il arrivait qu’en m’endormant le téléphone sonnât. Une
vieille amie se rappelait d’une lettre ancienne. L’éternité alors
promise n’avait guère duré, mais quelques minutes suffisaient par-
fois à ranimer les désirs. La déception ne venait qu’ensuite, dans
un café.
Le café a fermé depuis longtemps.

Photo : Félix Imhof/UNIL

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − quatre =

Anna Jouy

Anna Jouy est une auteure et poétesse suisse, membre du comité de D’Ailleurs poésie. Elle vit dans la région de Fribourg. Outre travailler à différentes mises en scène de spectacles musicaux et à la publication de quelques romans, elle aime prendre le temps et aborder le silence de la poésie. Éditée pour la première fois par Décharge en 2008 avec Ciseaux à puits, puis par les éditions de l’Atlantique, les éditions Rhubarbe et Alcyone ainsi que par différentes revues. Son site : www.annajouy.com.