Une longue invocation qui chercherait « un pan de vrai », voire « un fragment de vérité / invraisemblable », tel apparaît ce recueil qui, sur une cinquantaine de pages — nous sommes ici dans la collection « Lune de poche » de l’éditeur —, déploie des vers alignés à droite, courts, aérés sur la page. Thierry Pérémarti nous y convie dans « le tissu / la fabrique / des secondes », évoque dans un souffle qui se renouvelle à chaque feuillet cette recherche d’un réel qui se dérobe, puisque « ce qui change le monde m’évite ». Déroulant le fil de ses « improbables chemins », le poète avance en « déseffaçant / le secret des choses // un jour plus loin dans le jour ». Voilà donc le vers éponyme du livre (vers d’ailleurs de Philippe Mac Leod, remercié comme il se doit à la fin), et avec lui peut-être quelques clés de lecture : ne s’agit-il pas là de voir au-delà des apparences, de vivre sa vie en poète qui ne se contente pas de ce qui peut se toucher ?

Poésie des « mystères renouvelés », Un jour plus loin dans le jour revêt par moments un costume mystique. Qu’il use du je poétique classique dans sa multiplicité de personnalités ou qu’il s’adresse à un tu inconnu — les deux réunis parfois dans un nous qui laisse penser que Thierry opère la fusion de ses sujets —, il s’embarque « à l’affût des foudres » pour retourner « aux sources / d’un temps mort, restitué ». Il fouine dans le réel et dans le langage pour y puiser la matière de la sublimation des choses. Nostalgique, lorsqu’il entend « donner, sang et yeux / pour la vie d’avant / irretrouvable » ? « Plutôt construire », retiendra-t-on cependant. Une poésie de l’esprit qui préfère bâtir plutôt que dénigrer, qui ne refuse pas de s’adresser à l’intellect tout en caressant la matérialité incontournable des choses.

Thierry Pérémarti, Un jour plus loin dans le jour, Les Carnets du dessert de lune, ISBN 978-2-39055-032-7

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =

Florent Toniello

Florent Toniello, né en 1972 à Lyon, est le responsable de ce site, membre du comité de D’Ailleurs poésie. Il commence une première vie dans l’informatique au sein d’une société transnationale, à Bruxelles et ailleurs. En 2012, il s’installe dans la capitale grand-ducale ; sa deuxième vie l’y fait correcteur, journaliste culturel et poète. S’ensuivent huit recueils de poésie publiés au Luxembourg, en Belgique et en France, une pièce de théâtre jouée au Théâtre ouvert Luxembourg, ainsi qu’un roman et un recueil de nouvelles de science-fiction. Pour l’instant, il n’est pas question d’une troisième vie. Son site : accrocstich.es.