Le temps de l’absence

Ce qu’il faut éviter, c’est que le temps se serre. Quand le temps se serre, l’espace aussi comme dans un étau.
Une artère se bouche et la respiration ne se fait plus.
On s’endort. Et puis on meurt.
Mais on ne le sait pas.
Et la vie ressemble à ce qu’on imagine que la mort est.

Mais ce n’est pas la mort car la mort,
c’est un champ fleuri,
c’est une luge.
.
La mort, c’est le cristal de l’âme.

Mes corps et moi, nous sommes des cristaux.

Là où ni le temps ni l’espace ni le cœur ne se serre.

 

Le silence rouge

C’est le silence rouge
Que je préfère

Je l’ai vu prendre la lune ronde
Dans son appareil

Le ciel quasiment nu
L’astre brillant bordé de deux voiles diaphanes

Je l’ai vu prendre la lune ronde
Rouge et grosse
Et si lourde qu’elle allait tomber dans la mer

J’ai dit
Je comprends pourquoi je ne dors pas

Je préfère le silence rouge
De mes corps disparus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 18 =

Valérie Harkness

Valérie Harkness est la fondatrice du site D’Ailleurs poésie, toujours membre du comité. Pédagogue, traductrice, tisseuse de liens multiples entre les cultures, notamment britannique et française, elle a porté sa passion de la langue dans de nombreux recueils parus entre autres aux éditions Rhubarbe, Jacques André, du Petit Véhicule ou Henry.